Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour la Hollando-Macronie, je suis une m...

Je dois me rendre à l'évidence : pour l'oligarchie régnante et ses suppôts de la finance mondialisée, pour les médias institutionnels, pour une certaine « Justice » et les associations militantes, je suis une merde.

 

Pensez-donc : Je suis un mâle. Donc probablement macho, voire misogyne, un abuseur sexuel potentiel, un exploiteur de la gente féminine, sans doute violent avec le sexe « faible »... Que je sois marié et heureux en ménage depuis plus de quarante ans n'y pourra probablement rien changer. Je sens bien que Madame Schiappa me regarde de travers...

 

J'ai plus de cinquante ans, et même plus de soixante ! Un vieux con donc, un fainéant de retraité qui monopolise les richesses, qui vit aux crochets de la jeunesse, un poids mort, pas même un dernier de cordée dans la « start-up France » de Micron 1er. Une carrière professionnelle de près de quarante deux ans et une retraite acquise par cotisation ne me rachète en rien...

 

Comble de tout, je suis blanc. A notre époque, quel mauvais goût de ne pas être noir, pas même naturellement bronzé. Oui, un sale blanc, probablement xénophobe et raciste, pas même repentant de l'esclavage, ni de la colonisation dont je n'ai évidement été ni décideur, ni acteur. Mais qui s'en soucie ?

 

Quelle honte, j'avoue ne pas être homosexuel, ni bi, ni trans. Seulement un hétérosexuel banal qui rejette la « promo » LGBT et l'infâme « théorie du genre », sans s'en excuser une seule seconde...

 

Bien qu'ayant rejeté l'église catholique en raison de ses errements idéologiques, financiers et sexuels, je reste profondément attaché au christianisme qui est l'un des piliers de notre civilisation. Autant dire que cela déplait profondément à la nomenklatura qui gouverne la France d'aujourd'hui. Celle-là même qui laisse saccager, piller, incendier le patrimoine religieux du pays par les islamo-gauchistes et bouffeurs de curés de tous poils mais réagit avec célérité et vigueur pour un tag sur le mur d'une mosquée...

 

Je devrais me repentir d'être un français de souche. Un gaulois ingouvernable et rétrograde, un contestataire, un jamais content. Circonstance aggravante, j'ai le culot de défendre la civilisation européenne, le mode de vie français... Pour Micron 1er, je défends ce qui n'existe pas et dois être en plein "repli nationaliste"...

 

J'ai la faiblesse de croire que toute violence doit être fermement réprimée, qu'il faut sanctionner les auteurs de délits et les criminels à hauteur de leurs actes, quelque soit leur âge, qu'il faut faire preuve d'une extrême sévérité face à la récidive, que les peines doivent être exécutées jusqu'à leur terme, qu'il faut protéger et rendre justice aux victimes. Quelle inconséquence. Madame Belloubet me prend sans doute pour un arriéré, pour un dinosaure...

 

Je dois l'avouer, je ne suis pas progressiste. Ni conservateur d'ailleurs. Rendez-vous compte, j'ai la prétention folle de vouloir conserver, dans les acquis du passé, ce qui est bon pour l'humanité et de rejeter les « progrès » qui n'en sont finalement pas...

 

Inénarrable crétin, je continue de penser que la famille est le pilier de base d'une société humaine. Qu'elle est nécessairement constituée d'un père, d'une mère, et éventuellement d'enfants, filles et garçons. L'âne bâté que je suis ne sera jamais un parent 1, ni un parent 2. Fier de la famille que j'ai fondé avec mon épouse, je resterai à jamais un père pour mes enfants.

 

Je mérite sans doute l'opprobre général pour ne pas cautionner le mariage homosexuel. Pour moi, chacun peut vivre avec qui il veut mais le mariage est le meilleur socle de la famille, la vraie... Il me semble que le PACS suffisait bien pour les autres. Bien entendu, je suis contre la PMA pour tous, qui plus est financée par la collectivité, et totalement contre la GPA qui, sur le plan humain, est une monstruosité, une abomination.

 

Pour ne rien arranger, je suis un « mauvais citoyen » sur le plan économique et financier. Je n'aime pas vivre à crédit et je crois aux vertus de la constitution d'économies. Je ne pense pas que le bonheur ou la réalisation de soi soit à chercher dans la consommation effrénée de biens ou de services. J'achète donc avec parcimonie et ne contribue que peu à l'enrichissement des multinationales et des banquiers. Je l'entends bien, Monsieur Le Maire peste régulièrement contre moi, parce je ne consomme pas assez, que je ne n'achète pas d'actions en bourse et que j'ai trop de menue monnaie sur mon livret A.

 

Je suis un partisan de la laïcité. La vrai, la totale. Celle qui est prête à condamner lourdement un édile qui finance sous le manteau la construction d'une édifice religieux, ne serais-ce qu'en fournissant un terrain communal gracieusement ou à vil prix... Celle qui est prête à renvoyer dans son pays d'origine, sur le champs, un prêcheur exhortant à la haine, à la violence, à la rébellion, à la sécession, à la désobéissance aux lois de la république. Je ne crois pas nos curés de la pensée unique lorsqu'il nous parlent de religion d'amour et de paix à propos d'un système politico-religieux conquérant qui a généré dans le monde 4 à 5 attaques terroristes par jour depuis 2001, qui reste encore aujourd'hui le numéro un de l'esclavage. Je n'accorde aucun crédit à Micron ou son Fouchet bellâtre, lorsqu'ils nous parlent de leur lutte contre l'Islamisme rampant.

 

Au grand dam des intellectuels socialo-humanisto-angélistes qui constituent les cohortes de commissaires politiques de la bien-pensance, le nouveau clergé qui entend gouverner nos vies, censurer notre expression et formater nos pensées, je m'oppose à la mondialisation, au mixage brutal des peuples par l'immigration de masse, à la discrimination positive en faveur des étrangers, à la conversion du citoyen en seule ressource économique, à l'exploitation éhonté du (petit) peuple par une oligarchie déconnectée.

 

Je n'ose m'imaginer un instant face à l'un des pires inquisiteurs d'aujourd'hui, un Patrick Cohen, une Léa Salamé, un Aymeric Caron, un Laurent Ruquier, un Yann Barthès (j'en passe et des meilleurs), je me ferais ridiculiser, insulter, piétiner, vouer aux gémonies par tous ces nouveaux fachos, ces ricaneurs haineux qui rejettent le débat d'idées au profit de l'anathème.

 

Après cette confession, je comprends que la Macronie n'ai pas levé le petit doigt pour, en ce temps de pandémie, me proposer des masques de protection, des tests de contamination ou même un traitement quelconque pour nous guérir du covid-19. La Macronie rêve de me retirer la propriété des sols que j'occupe, de me faire payer un loyer sur la maison dont je suis propriétaire, de spolier mon héritage, de s'emparer d'une partie de mes économies, de continuer à faire des économies sur ma santé et sur ma pension, voire de me retirer le droit de vote. Elle verrait sans doute d'un très bon œil que je débarrasse le plancher au plus vite...

 

Hélas pour elle, cette nouvelle pandémie a démontré d'une manière flagrante et irréfutable qu'elle n'était pas au service du peuple de France, que la mondialisation totale était une erreur, que l'U.E. ne protégeait de rien, que les frontières maîtrisées étaient une nécessité, que notre pays devait s'interdire de dépendre de l'étranger dans tous les domaines stratégiques.

 

Hélas pour elle, comme des milliers de français de tous âges, je crois encore qu'il faut se battre pour la citoyenneté, pour liberté d'expression, de manifestation, de circulation, pour abattre une dictature qui ne dit pas son nom. Je crois encore que l'instauration d'une vrai démocratie est possible, avec des gouvernants au service du peuple et non l'inverse (sans tomber dans le monstrueux piège du socialo-communisme).

 

Tag(s) : #Société, #Démocratie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :